Qu'est ce que le Mantrailing : Présentation

QU'EST CE QUE LE MANTRAILING : PRÉSENTATION

Le Mantrailing… Mais qu'est-ce que c’est exactement, le Mantrailing ? C'est vraiment une activité canine ?

 

Eh oui, le Mantrailing est bien une activité canine (abordé ici en tant que loisir). C'est, en fait, une méthode pistage qui s'adresse aux personnes voulant travailler avec leur chien en alliant l'utile à l'agréable.  Le Mantrailing permet de découvrir le fabuleux monde d'odeurs dans lequel vivent les chiens.

 

Outre l'intérêt de développer les facultés olfactives de votre animal, c'est également l'occasion de renforcer votre relation avec lui en apprenant à l'observer, le "lire" et le comprendre. Car lorsqu'on pratique le Mantrailing, l'humain et le chien forment une vrai équipe où la complicité et la réciprocité sont essentielles.

 

Comme en témoigne Olivier " J’ai découvert une discipline qui mêle l’utilité au plaisir, entièrement axée sur les aptitudes naturelles du chien et qui permet au propriétaire d’apprendre à "lire" son chien . C’est une discipline qui fortifie vraiment les Relations du binôme."

 

Présentation du Mantrailing en vidéo

Qu'est-ce que le Mantrailing ?

(de l’anglais man « humain » et trail « poursuivre »)

 

C'est une activité dont le but est d’entraîner les chiens à la recherche de personnes disparues en s’appuyant sur leurs aptitudes naturelles.

 

Cet entraînement est d’abord un travail d'équipe entre vous et votre chien, dont l'apprentissage se fait uniquement de façon positive. Il vous aide à fortifier votre relation maître-chien et vous permet d’apprendre à bien "lire" (décoder) votre animal. 

 

Avec le Mantrailing, il est possible de suivre une trace olfactive individuelle dans un terrain fortement "contaminé" (saturé d’odeurs). Les chiens expérimentés sont capables de suivre la trace d'une personne plusieurs heures après son passage. 

 

La principale différence entre le Mantrailing et les autres techniques habituelles de pistage (comme par exemple le pistage Français) est que le chien de Mantrailing est autorisé à suivre l'odeur de manière naturelle. C'est à dire qu'on ne cherche pas à l'entraîner à pister avec le nez au sol. Ainsi, le chien est beaucoup plus à l'aise et donc plus performant. De plus, à travers cette méthode, le chien ne s'oriente pas exactement avec le même type d'odeur du fait de techniques d'entraînement distinctes. Au Mantrailing, il cherche et suit l'odeur corporelle et individuelle laissée lors du passage de la personne recherchée (nom anglais "trail"). Celle-ci se compose de cellules mortes cutanées, sécrétions cutanées, sueur, haleine, poils, parfum, déodorant, tabac,... Sur ces types d'odeur, les chiens peuvent se déplacer aussi bien le nez au sol que le nez en l'air.

 

Dans la plupart des autres activités de pistage, il détecte ce que j'appelle l'odeur de "la blessure du sol" (nom anglais "tracking"). Cette dernière est constituée essentiellement de bactéries et micro-organismes qui proviennent de la terre, de l'herbe, du goudron,... et qui se décomposent après avoir été détruits par la pression du pied sur le sol. Par exemple, ce peut être la chlorophylle dégagée de l'herbe écrasée. Ici, les chiens pistent exclusivement le nez au sol. Si le chien s'écarte de sa piste, il sera rapidement contraint de retourner sur la piste sans compréhension des raisons du changement de comportement du chien. Il a est automatiquement présumé que le chien était en dehors de la piste. Beaucoup de gens croient que le chien doit être à quelques centimètres de la piste. Ces personnes sont certainement loin de la vérité, puisque de nombreux tests ont prouvés que la plupart des chiens pouvaient détecter l'odeur d'un emplacement fixe à partir d'une variété de distances de plusieurs mètres.

 

Une session de Mantrailing se déroule ainsi : en début de piste, on présente un objet imprégné de l'odeur de la "victime" (personne à rechercher). Une fois que le chien a reniflé l'objet, le conducteur lui donne un signal qui lui indique de démarrer la recherche. Le chien doit alors faire de la discrimination d'odeurs en analysant et triant toutes celles qu'il perçoit, pour finalement identifier et suivre uniquement l'odeur de référence.

 

Les pistes sont plus ou moins longues en fonction du niveau du chien. A la fin de la piste,  ce dernier désigne la "victime" par un comportement dédié, par exemple un "assis". Pour renforcer sa motivation, il reçoit aussitôt une récompense de haute valeur. 

 

Ici, nous aborderons l'activité dans un cadre ludique et sportif. Mais de nombreux professionnels, tels que les policiers, les organisations cynotechnique de recherche, utilisent les techniques de Mantrailing pour entraîner les chiens à haut niveau à la recherche de personnes réellement disparues. Ces chiens sont alors sélectionnés génétiquement, choisis dès leur plus jeune âge pour leurs qualités olfactives, et leur formation exigeante dure environ 2 à 3 ans.

 

Des Facultés olfactives puissantes

Le Mantrailing s'appuie sur les facultés impressionnantes de nos compagnons canins, dont leur capacité à discriminer les odeurs et leur mémoire olfactive. Quand on commence à pratiquer cette discipline, une question nous vient tout naturellement à l'esprit : que sent mon chien ?

 

Bien que nous ne puissions jamais avoir de réponse exacte à cette question, de nombreuses recherches nous permettent d'appréhender "un peu" le monde d'odeurs dans lequel vit notre compagnon.

 

L'odorat est le sens le plus développé chez le chien, et le plus indispensable ; le second sens le plus sensible étant l'ouïe, puis viennent la vue, le toucher et enfin le goût. L'odorat est d’ailleurs le premier sens que les chiots possèdent à la naissance, et c'est également celui qui est conservé en dernier.

 

Nos compagnons possèdent dans leur nez 100 millions de récepteurs olfactifs, pour les chiens à nez court, et jusqu’à 300 millions chez ceux à nez long, contre 5 à 10 millions dans le nôtre ! Dès lors, la capacité olfactive d’un chien de famille serait de mille à 1 million de fois supérieure à celle de l'homme, et celle des chiens spécialisés pour le pistage (dont les bassets et les beagles) atteindrait 10 millions de fois la nôtre, le record toutes catégories étant toutefois détenu par le bloodhound (St Hubert) avec une sensibilité olfactive 100 millions de fois supérieure aux capacités humaines !!!

Où et avec qui pratiquer le Mantrailing ?

L'avantage du Mantrailing, c'est qu'il peut être pratiqué partout : ville, forêt, zone industrielle, zone résidentielle etc… Il ne nécessite ni infrastructures particulières ni matériel coûteux, et s’adresse à tous les binômes homme-chien sans niveau sportif particulier.

 

Il est encore peu connu en France, et il n'existe aucun regroupement officiel ni compétition. D'ailleurs, à mon sens, le Mantrailing ne pourra jamais être organisé en compétition car même en gardant un tracé identique pour tous les chiens, les pistes seront toujours différentes les unes des autres. En effet, l’odeur varie de minute en minute en fonction de nombreuses conditions : vent, chaleur, exposition au soleil, humidité, végétation, type de sol, passage de véhicules, de personnes ou d'animaux etc… Il  serait difficile, dans ces conditions, de pouvoir comparer objectivement le travail de chaque animal.

 

Le Mantrailing peut être pratiqué à la maison, avec la simple présence d'un ami qui jouera le rôle de la victime à retrouver. Cependant, cette activité étant extrêmement technique, il est indispensable de s'entraîner régulièrement auprès d'un coach formé et compétent pour progresser tout en évitant les erreurs.

 

Actuellement, de plus en plus de professionnels proposent cette activité,  bien que très peu soient réellement formés (certains même n'ont jamais fait de stage dans ce domaine…). Avant de vous rapprocher d'un entraîneur, il est donc préférable de vérifier ses compétences.

Le Mantrailing, un vrai travail d'équipe !


Vous l'avez compris, le Mantrailing est un réel travail d'équipe. Ceci vaut non seulement   pour l'interaction entre le conducteur et le chien, mais il est également important de préciser que tous les autres participants ont un rôle à jouer.

 

 

L'ÉQUIPE "CONDUCTEUR ET CHIEN"

 

Tout au long des entraînements, le conducteur et son chien vont progressivement former une équipe de plus en plus fiable. Les qualités particulièrement importantes pour constituer une bonne équipe sont une confiance mutuelle et une communication fiable. Le conducteur doit apprendre à observer le langage corporel de son chien et à le décoder (« lire ») avec précision ; mais il doit également apprendre à faire confiance à son chien.

 

Moi-même, je me surprends encore trop souvent à douter de la trajectoire de mon chien alors qu'en réalité, il est bien sur le bon trail.

 

La principale difficulté est donc d'arriver à différencier le comportement de son animal selon qu'il est sur la bonne piste, qu'il doute, ou pire, qu'il suit une piste plus attrayante pour lui.

 

Quant au chien, il doit apprendre à signaler clairement à son conducteur qu'il est sur la bonne piste ou, qu'au contraire, il ne détecte plus l'odeur.

 

Annie-Christine nous parle des 2 raisons principales qui lui font apprécier le Mantrailing : "Tout d’abord, cela permet au chien d’exprimer et de développer son flair dans des environnements extrêmement variés. Mais c’est surtout la relation particulière que cela développe entre l'animal et son humain. Le chien prend spontanément les initiatives et son conducteur doit apprendre à lui faire confiance et à interpréter ses comportements durant le trail."

 

 

L'ENTRAÎNEUR

 

Lors des entraînements, l'équipe conducteur / chien est toujours accompagnée d'une personne qui connaît la piste, généralement l'entraîneur. Celui-ci aide l'équipe à progresser, d’abord en facilitant au conducteur l’apprentissage de la lecture du langage corporel du chien, et également pour éviter qu’il ne le laisse partir dans une mauvaise direction. En effet, cela renforcerait le chien dans son erreur et nuirait à la bonne progression de sa formation.

 

(Dans les entraînements individuels à la maison, une tierce personne devra accompagner le conducteur pour l'informer, si nécessaire, de la direction prise par la victime. A défaut, le conducteur devra lui-même connaître la piste.)

 

C'est l'entraîneur qui définit la piste. Il la trace en fonction de chaque chien et des exercices qu'il souhaite travailler, en lien avec l'objectif de formation précédemment discuté avec le propriétaire. L'entraîneur accompagne et coach celui-ci en lui indiquant les modifications corporelles qu'il détecte chez le chien et en lui expliquant la relation entre ces modifications et le tracé de la piste.

 

 

LA VICTIME (la personne cachée)

 

La personne que le chien devra rechercher est généralement appelée la « victime ». Elle dépose en début de piste un objet lui appartenant, nécessaire pour la prise d'odeur (par exemple un foulard…). L’objet est bien souvent laissé à même le sol et le chien le prend parfois en gueule, c’est pourquoi il vaudra mieux éviter d’utiliser sa chemise préférée !

 

Jouer le rôle de la victime est une tâche importante : d’abord en début de formation, où elle doit utiliser les bonnes méthodes pour motiver le chien en fonction de sa sensibilité. Puis par la suite, quand les pistes deviennent plus longues, plus techniques, la victime devra suivre de manière rigoureuse le parcours indiqué par l'entraîneur. Enfin, à l'issue de la piste, la victime a encore un rôle à jouer : pour les chiens débutants, elle devra féliciter de manière enjouée ceux qui apprécient ce type de démonstration, ou, au contraire, rester le plus neutre possible pour les chiens sensibles. Idem pour les chiens confirmés, l'attitude de la victime devra être différente en fonction de l'objectif de formation défini au préalable.

 

 

LES AUTRES PERSONNES DU GROUPE

 

Les autres participants (dont ce n'est pas le tour de pister) suivent le tandem conducteur / chien à titre d'observateurs. Ils doivent d’abord faire en sorte de se déplacer de manière à ne pas perturber le chien, tout en étant attentifs à l'environnement pour avertir des dangers potentiels qui peuvent survenir. Dans le même temps, ils ont la tâche d'observer et d'analyser le travail de l'équipe qui est en train de pister car c'est bien souvent en observant le travail des autres que l'on apprend le plus.

 

La progression de l'entraînement

Lors de la première séance de Mantrailing, les gens se sentent souvent un peu perdus face à cette nouvelle activité et à la masse d'informations qu'ils reçoivent. Mais progressivement, au fil des séances, ils vont rentrer dans le monde fascinant d'odeurs dans lequel vit leur chien et rapidement se "prendre au jeu".

 

Généralement, il faut 2 à 4 séances avant d'arriver à assimiler suffisamment d'informations pour se sentir à l'aise et profiter pleinement de cette activité.

 

Je considère qu'il y a trois étapes essentielles dans la progression de la formation :

 

Étape 1 - Le démarrage du chien (et du conducteur)

 

Il y a une première phase (que je nomme "démarrer le chien") pendant laquelle, nous devons faire comprendre au chien débutant ce que nous attendons de lui. Cette phase, dont la durée est variable en fonction de chaque animal, est d'une importance particulière. Elle permet au chien de faire la relation entre l'objet odorant de référence, la personne à rechercher et la récompense qui va s'en suivre. D’ailleurs, puisque c'est principalement cette récompense qui contribuera à la bonne motivation du chien, son choix est primordial ! Car comme dans tout sport canin, la motivation est essentielle pour la qualité du travail.

 

Cette première phase permet également d'apprendre au chien à faire de bonnes prises d'odeur et de bons départs de piste. La prise d'odeur est un point particulièrement important : si le chien ne prend pas correctement l'odeur, il ne pourra pas faire de la discrimination en suivant l'odeur individuelle de la victime et va ainsi partir sur une autre trajectoire.

 

 

Étape 2 - La gestion de la longe

 

La manipulation de la longe est un moyen important de communication entre le conducteur et le chien. Il faut retenir que le chien pense que l'on sent la même chose que lui, et les suggestions que l'on peut provoquer avec notre longe peuvent inciter le chien à suivre une toute autre direction que celle que son odorat lui indique.

 

La première difficulté rencontrée par les débutants dans la gestion de la longe, c'est de prendre l'habitude de toujours garder une tension constante. En effet, une tension irrégulière donne des à-coups qui gênent le chien dans son travail, et peuvent même être ressentis comme une "punition". A cet instant, bon nombre de chiens vont arrêter la recherche, se stopper, faire demi-tour... pensant que leur conducteur est en train de leur signifier qu'ils ne sont pas sur le bon trail.

 

Cette tension devra être adaptée en fonction du tempérament de son animal : avec un chien fougueux la tension est généralement assez soutenue, alors qu'avec un chien sensible et délicat, la tension devra être légère et demandera beaucoup de précision de la part du conducteur.

 

La deuxième difficulté est de ne pas influencer son chien au travers de la longe, le poussant à suivre une direction plutôt qu’une autre. Par exemple, si le chien ressent une tension (même légère) sur la droite, il va tout naturellement s'orienter vers la droite alors même qu'il sent la trace de la victime vers la gauche.

 

Mais attention, cette influence peut aussi être provoquée par d'autres indicateurs corporels tels que le regard, la direction des épaules, le mouvement des jambes... C'est une communication très subtile !!!

 

Ainsi, la tension que le conducteur va ressentir sur la longe est un très bon indicateur pour savoir si le chien est sur le trail ou non, et l'équipe humain / chien doit apprendre à communiquer au travers de cette longe.

 

 

Étape 3 - La « lecture » du chien

 

Je pense que vous l'aurez compris au travers des lignes précédentes, la lecture du langage corporel du chien est un point essentiel dans le Mantrailing. Et c'est même, de loin, le point le plus complexe et le plus difficile dans cette activité.

 

Le conducteur va apprendre à bien observer et bien interpréter tous les signaux émis par son animal, signaux qui doivent lui permettre de savoir si son chien est sur la bonne piste, s'il a perdu l'odeur, s'il suit le trail d'une autre personne, ou s'il se laisse détourner par une distraction (chien ou chat, nourriture, gibier...). Ces signaux sont extrêmement variés et différents en fonction de chaque animal : cela peut être un changement de position de la tête, des oreilles, de la queue, la tension du corps, la courbe de son dos, un chien qui frétille, s'excite, le rythme de sa respiration...mais également un arrêt, un demi-tour, un chien qui zigzague, un changement de direction etc… La liste serait extrêmement longue et surtout non exhaustive ; c’est pourquoi seules la pratique et l'expérience permettent d'arriver à lire au mieux le langage corporel des chiens.

 

Pour terminer, je vous livre ce témoignage de Danièle : « une séance de Mantrailing est un moment intense et magique où le chien exprime tous ses talents olfactifs mais aussi de réflexion, d’initiative et de détermination. Dans cette activité, le chien devient le guide. L'humain doit alors aider et compléter son partenaire. Cela lui demande de gros efforts mentaux pour interpréter les signaux envoyés par son chien et parfois même des efforts physiques pour le suivre ! Le Mantrailing est donc une merveilleuse manière de resserrer les liens avec notre fabuleux compagnon et de devenir un vrai binôme. »

 

 

 

Alors, si vous aussi vous êtes curieux de connaître les talents de votre chien, lancez-vous dans l'aventure et comme mes équipes de Mantrailers et moi-même, je suis sûre que vous attraperez rapidement le "virus Mantrailing" !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0